Comment faire devant un mauvais payeur

Comment faire devant un mauvais payeur

Dans le secteur commercial et surtout dans les activités de grandes envergures et chronophages, la question du prix et le délai de paiement sont toujours source de contrainte. Après avoir fourni un service ou vendu un produit chez un particulier ou chez une société, certain client ne respecte pas le deal qu’il a convenu avec son fournisseur. Il arrive qu’il ne paie pas à temps ou ne paie jamais et c’est là que commence le début de calvaire pour le prestataire. On peut désigner ces gens de mauvais payeurs et cette situation est observée presque dans tous les domaines.

Comment savoir que c’est un mauvais payeur ?

On ne peut juger une personne qu’à partir de ses actes et le premier contact est parfois trompeur surtout lorsqu’on parle d’argent. Mais tout de même quelques signes peuvent alerter pour reconnaitre les mauvais payeurs. Il faut se méfier quand le client change d’attitude et devient injoignable à son domicile ou sur son téléphone voire même son déménagement dans un autre quartier. Lorsqu’il se plaint de ses difficultés financières et réduit ses commandes puis remet à chaque fois la date de paiement, tout cela indique peut-être un grand problème ou juste qu’il veut arrêter la collaboration. A chaque mission, il est nécessaire d’établir un contrat afin que chacun tienne son engagement et cela doit être fait dans toutes les circonstances. Quand il n’est pas enthousiasmé pour le signer, c’est qu’il a une idée derrière la tête. Lors d’une prestation, dans la majorité des cas, un acompte est versé au tout début et quand il refuse de le faire, il faut se demander de son sérieux. On doit se renseigner en avance sur le profil de l’entreprise à qui on a affaire et ses branches, car les mauvais payeurs mettent souvent au nom d’une autre firme la facture ou le bon de commande.

A lire aussi:  Nos astuces pour maximiser la gestion de votre cuisine commerciale

Comment réagir devant les mauvais payeurs ?

A priori, il faut opter avec la manière douce pour commencer. On renvoie au client la facture en bien mentionnant le délai de paiement qui ne doit pas dépasser 30 à 60 jours selon le cas. S’il fait semblant d’oublier, on peut le rappeler par le biais du courrier ou par e-mail. Si le client est encore réticent, il faut l’appeler directement par téléphone au cours duquel, on doit être poli et courtois avec un ton ferme. Il faut peser les mots qui peuvent intimider en quelques sorte les mauvais payeurs et demander les motifs du retard et renégocier une nouvelle fois. Quand on a essayé toutes les démarches normales sans obtenir aucun résultat, une lettre de mise en demeure lui est attribuée avant de recourir à la justice. Aux tribunaux, on doit collaborer avec un huissier pour constituer le dossier indispensable.

Comment éviter les mauvais payeurs ?

A titre justificatif, tout doit figurer dans un contrat. Il doit y avoir la modalité de paiement, le montant total, le pourcentage de caution, la date exacte de paiement. On ne peut pas reconnaitre d’un seul coup les mauvais payeurs. Il faut alors marquer à l’intérieur du contrat, les amandes à verser en cas de non-respect de la date préétablie. Ne vous précipitez pas à faire une nouvelle prestation, tant que la précédente n’est pas encore réglée. Pour que la collaboration entre fournisseur et client perdure, il faut que la confiance règne. Pour cela, il faut établir une relation amicale et pour fidéliser les consommateurs, on peut leur offrir une réduction de tarif.

A lire aussi:  Effectuer un diagnostic acoustique pour lutter contre la pollution sonore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page